Tableau en marqueterie réalisé par
Armande et Geoffroy de Bazelaire
à l'occasion du centième anniversaire
de la Galerie Berger. ( 1905 - 2005 )


Membre de




https://www.facebook.com/profile.php?id=100008491274890

 La Galerie Berger
participera au Salon Antica Namur 2018

stand C14
  
Gallery Berger will take part
to Antica Namur 2018



Grande Commode
"à la Régence"

attribuée à Pierre Migeon


Réf. 1918

Grande Commode, dite à la Régence, de forme galbée,
en placage de bois de violette dans des encadrements.



Elle ouvre par trois tiroirs disposés sur deux rangs
et présente une riche ornementation
de bronzes ciselés, ajourés et dorés telle que : 



cartouches latéraux, entrées de serrure,
poignées tombantes à rosaces, tablier, 
chutes d'angle à espagnolettes et sabots.




Dessus de marbre Rance des Ardennes

Pierre Migeon
(1696 - 1758)

Reçu Maître, vers 1725

http://galeriebergerlexique.blogspot.com/search/label/MIGEON%20Pierre

Époque Régence

Largeur 150 cm
Profondeur 67.5 cm
Hauteur 90 cm



Notice

Bien qu'elle ne porte pas l'estampille de Pierre Migeon, notre commode peut tout à fait lui être attribuée.

A l'exception des têtes ornant le haut des chutes et les sabots, elle présente, stylistiquement, de nombreuses similitudes avec une commode "en tombeau" estampillée du maître, que nous avons vendue lors de notre exposition au Château de la Hulpe, en octobre 2015.




A noter le modèle totalement inédit utilisé pour les sabots, que l'on ne retrouve qu'une seule fois, à ce jour, sur un bureau plat estampillé de Migeon conservé au Musée du Louvre, ayant appartenu au Comte de Vergennes, alors Ministre des Affaires Étrangères de Louis XVI




Grand Bureau Plat
à double faces


Réf. 1935

Grand Bureau plat à double faces,
de forme violonée, en placage
de satiné marqueté en feuilles
dans des encadrements d'amarante
.


Il ouvre par trois tiroirs, en ceinture,
et repose sur des pieds cambrés à facettes.


Il présente une riche ornementation
de bronzes ajourés finement ciselés et dorés,
dans l'esprit rocaille, telle que :
cornière à double mouluration,
écoinçons en agrafe, motifs feuillagés,
croissants, poignées de tirage,
entrées de serrure, chutes d'angle,
descentes de chute et sabots.


Dessus gainé de cuir patiné à vignettes


Époque Louis XV

Largeur 168 cm
Profondeur 83 cm
Hauteur 77 cm


A Louis XV Bureau Plat
à doubles faces


A Louis XV ormolu-mounted bois satiné
and kingwood Bureau Plat


Circa 1745 - 1750

The serpentine leather-lined banded
top framed by molded border 

and clasps to the corners,
the frieze opening with three drawers on one side
and three simulated drawers to the reverse, 

C-scrolled escutcheons and handles,
the sides mounted with foliate shell cartouches, 

on cabriole legs headed by foliate chutes 
continuing down and terminating 
in foliate sabots.

Width 66 in.
Depth 32 3/4 in.
Height 30 1/4 in.



Coffret
"aux Armes"


Réf. 1936

 

Beau Coffret, de forme rectangulaire,
en marqueterie de nacre et de laiton 
gravés sur fond d'ébène.


Il ouvre par un couvercle légèrement bombé.


Il est orné, sur toutes ses faces,
d'une très fine marqueterie à motifs 
d'arabesques et de rinceaux feuillagés 
inscrits dans des réserves.



Les fonds sont peuplés de musiciens et de danseurs,
 d'oiseaux fantastiques et de papillons.



Il présente une belle ornementation
de bronzes finement ciselés et vernis telle que :
anneau de préhension, rosace,
entrée de serrure et poignées tombantes.

Époque Louis XIV

Largeur 37 cm
Profondeur 25.5 cm
Hauteur 16 cm


Notice 

Par la très grande qualité de son ornementation, notre coffret témoigne de la perfection à laquelle les ébénistes étaient parvenus sous le règne de Louis XIV.

Réalisé en marqueterie, dite "en première partie", de laiton et de nacre gravés sur fond d'ébène, il offre un beau décor directement inspiré des gravures de Jean Bérain (1640 - 1711), Claude Gillot (1673 - 1722) ou Claude III Audran (1658 - 1734) qui, par leurs publications, diffusèrent tout un vocabulaire ornemental très prisé par les ébénistes.


A Louis XIV brass, mother of pearl and ebony
"première partie" Casket "aux Armes".

Circa 1690

Of rectangular shape, inlaid overall
with foliate, flowers, arabesques, musicians, 
dancers, birds and butterflies 
with hinged slightly domed lid centered 
by a roundel with coat of arms.

Width 14 1/2 in.
Depth 10 in.
Height 6 1/4 in.


Paire de petites Tables

par Charles Topino

Vendu


Réf. 1928

Paire de petites Tables de Salon,
 de forme circulaire, en marqueterie de bois précieux
dans des encadrements de bois de rose.






Elles ouvrent respectivement, en ceinture,
par un tiroir formant écritoire
et reposent sur quatre montants réunis
par une tablette d'entrejambe
 prolongés par des pieds cambrés.



Elles sont ornées d'une très belle marqueterie florale
à motifs de guirlandes, de cannelures simulées 
et d'une rosace feuillagée à cinq branches
sur des fonds de bois clair (sycomore ou citronnier).



Elles présentent une belle ornementation
de bronzes finement ciselés et dorés, telle que : 
galeries ajourées, entrées de serrure,
chutes à tête de satyre, bagues à entrelacs

 et sabots feuillagés.

Dessus de marbre blanc veiné gris

Époque Transition, vers 1773 - 1778

Estampille de Charles Topino
(1742 - 15 décembre 1803)
 
Reçu Maître, le 17 novembre 1773

http://galeriebergerlexique.blogspot.com/search/label/TOPINO%20Charles

Hauteur 73 cm
Largeur 41.5 cm
Profondeur 36 cm



Notice


Notre paire de tables est très caractéristique de la production de ce célèbre ébéniste. 

Certainement plus connu pour ses marqueteries à motifs d'ustensiles, il n'en demeure pas moins très prisé pour les commodes, les consoles ou les tables qu'il a ornées de marqueteries à motifs de guirlandes et de rosaces, dites "Roses des Vents" (voir S. Barbier Sainte-Marie, Charles Topino, Paris 2005, p. 130-1, fig. 60 pour une table identique aux nôtres malgré une petite variante de la rosace). Le Livre-Journal de Topino ne dénombre pas moins d'une trentaine de tables.

Ses modèles de bronze si caractéristiques étaient fondus par Viret, ciselés par Chamboin ou Dubuisson et dorés par Bécard, Gérard ou Vallée. Dans le cas présent, il est possible d'attribuer les chutes à tête de satyre à Dubuisson qui lui en livra un certain nombre, dès le 8 août 1773, pour la somme unitaire de 10 sols..., pour une période s'étendant, comme il est précisé dans son Livre-Journal, jusqu'en 1778, ce qui nous permet de dater notre paire de tables avec une relative précision.

Trois tables de ce modèle sont illustrées dans l'ouvrage de Jean Nicolay ("L'Art et la Manière des Maîtres Ebénistes Français au XVIIIe siècle", Paris 1986, page 461, figures J, K et L).

D'autres exemplaires ont été vendus, par le passé, en vente publique, parmi lesquels une table, anciennement dans la Collection de Margaret Mercer Elphinstone (1788 - 1867), Comtesse de Flahaut, Vicomtesse de Keith et Baronne Nairne, qui avait épousé Auguste-Charles-Joseph de Flahaut de la Billarderie (Fils naturel de Talleyrand et neveu du Comte d'Angiviller) et qui fut vendue par Christie's à Londres, le 11 juin 1992, lot 41.

Une autre table, anciennement dans la Collection de Madame Arthur Tritton provenant de Godmersham Park dans le Kent, fut vendue par Christie's à Londres, le 17 avril 1980, lot 11, puis de nouveau dans la même salle, le 15 juin 1995, lot 12, où elle fut adjugée pour la somme de £ 45.500.

Une troisième, enfin, fut vendue chez Christie's, à Monaco, le 13 décembre 1997, lot 56, pour la somme de FF 837.500.   

 
Bibliographie 

"Charles Topino"  Les Cahiers du Mobilier
  Sylvain Barbier Sainte Marie
  Les Éditions de l'Amateur - 2005
 

"Le Mobilier Français du XVIIIe siècle"
  Pierre Kjellberg
  Les Éditions de l'Amateur - 2002 

"Les Ebénistes du XVIIIe siècle"
  Comte François de Salverte
  F. de Nobele, Paris - 1962

"L'Art et la Manière des Maîtres Ébénistes Français au XVIIe siècle"
  Jean Nicolay
  Editions Pygmalion - 1986


A pair of Transitional occasional Tables
 
by Charles Topino

A pair of Transitional ormolu mounted tulipwood,
bois de citronnier, green-stained holly 
and marquetery occasional Tables.

Circa 1773 - 1778

Each inlaid overall with ebony and boxwood lines,
the circular with marble top with pierced gallery,
the frieze inlaid with floral garlands and fitted
with a drawer with a green leather-lined writing-slide
and three small wells, on square supports,
joined by a circular stretcher with a swirling rosette,
on cabriole legs with foliate sabots.

Stamped Charles Topino
(1742 - 15 December 1803)

Master in 17 November 1773


 http://galeriebergerlexique.blogspot.com/search/label/TOPINO%20Charles
 
Height 28 3/4 in.
Width 16 1/4 in.
Depth 14 1/4 in.

Note 

With its idiosyncratic satyr's masks floral garland-decorated frieze and lower tier centred by a swirling rosette, this model of table is recurrent in the œuvre of the celebrated ébéniste

Perhaps most chiefly remembered for his marquetry of vases, urns and writing elements or utensils, Topino is nevertheless recorded as having executed a significant number of consoles, commodes or occasional tables adorned with floral bouquets and garlanded décors such as our pair of tables (see S. Barbier Sainte-Marie, Charles Topino, Paris 2005, p. 130-1, fig. 60 for a virtually identical example, albeit with a slight variation to the swirling rosette to the lower tier). The Livre-Journal records no less than thirty examples of tables such as this pair which irretrievably show how fashionable and how much in demand such model must have then been.

Topino's characteristic bronzes dorés were cast by Viret, chased by Chamboin and Dubuisson and gilded by Bécard, Gérard and Vallée. In the present instance however, it is possible to relate the distinctive satyr's masks at the top of the legs to the ciseleur Dubuisson who is recorded to have supplied a quantity of such mounts, at the price of 10 sols per mask, to the ébéniste on 8 August 1773. The rarity of the latter mount and the fact that it is essentially found on occasional tables of this model, further supports the dating of our pair of tables to 1773 - 1778 (Period during which Dubuisson deliveries are carefully listed on the Livre-Journal).

J. Nicolay illustrates three tables of closely related form in l'Art et la Manière des Maîtres Ebénistes Français au XVIIIe siècle, Paris 1986, page 461, figs J, K and L.

Amongs the related examples sold at auction, a table formerly in the Collection of Margaret, Baroness Keith and Nairne and her husband Auguste-Charles-Joseph, Comte de Flahaut de la Billarderie (natural son of Talleyrand and nephew of the Comte d'Angiviller) was sold from the Property of the Meikleour Estate trust, Christie's, London, 11 June 1992, lot 41. Further related examples sold at auction include a table, formerly in the Collection of Mrs. Arthur Tritton, Godmersham Park, Kent, sold Christie's, London, 17 April 1980, lot 11, and again Christie's, London, 15 June 1995, lot 12 (£ 45.500), and another sold "Madame X", Christie's, Monaco, 13 December 1997, lot 56 (FF 837.500).



Table de Salon
"en Chiffonnière"

par Mathieu-Guillaume Cramer


 


Réf. 1766

Très belle Table de Salon, dite
"en Chiffonnière", de forme rectangulaire.





Elle ouvre, en façade, par un tiroir découvrant quatre compartiments et repose sur des pieds, de type fuseau.

Elle présente une riche marqueterie de bois précieux
dans l'esprit néoclassique :





  • le plateau est orné d'un bouquet composé de roses et de pivoines sur un fond de bois de violette dans des encadrements de bois de rose.
  • les façades, comme les côtés, sont recouverts d'une marqueterie, dite de "cœurs et losanges entrelacés" sur des fonds de bois clair (sycomore ou érable teinté).
  • les montants, à pans coupés, sont prolongés par des pieds ornés de cannelures simulées.
     

Elle comporte une belle ornementation
de bronze doré, telle que : 
galerie ouverte, œillet de serrure,
cannelures, moulure à ressauts, 
bagues et sabots.

Estampille de Mathieu-Guillaume Cramer
(mort, le 4 juillet 1804)

Reçu Maître, le 4 septembre 1771

 
http://galeriebergerlexique.blogspot.com/search/label/CRAMER

Époque Louis XVI

vers 1775 - 1780

Largeur 51.5 cm
Profondeur 38.5 cm
Hauteur 74.5 cm


Notice 

Influencé par les théoriciens et les ornemanistes, qui prônent un retour à la nature et aux décors à l'antique, Mathieu-Guillaume Cramer excelle dans la création de meubles en marqueterie à motifs géométriques sur fond de bois clair, dit bois gris.

Sa fantaisie le conduit à jouer sur les motifs et les teintes des bois. Le fleuron quadrilobé, qui est à la base de la plupart de ses compositions, apparaît au gré de son imagination dans des encadrements divers, telles que lignes arrondies, figures géométriques ou losanges...

Sur cet aspect ornemental, notre table est à rapprocher du bureau à cartonnier anciennement conservé au Ministère de la Marine, mais aussi de celui passé en vente à Paris au Palais Galliera, le 28 novembre 1972 (Lot n° 142).


On retrouve le même type de décor sur deux bonheurs du jour offrant une marqueterie de cœurs et de losanges entrelacés similaire à la nôtre, également estampillés Cramer : l'un figurait  dans l'ancienne collection Wildenstein, puis Ojjeh (vente Sotheby's, Monaco, 25 juin 1979, lot n° 55),



 Documentation Sotheby's

l'autre est conservé à Versailles dans les Petits appartements de la Reine.


Musée du Château de Versailles

Là où notre table se singularise, en revanche, c'est en raison de la présence d'un bouquet ornant le centre de son plateau, qui démontre une nouvelle fois que, si Mathieu-Guillaume Cramer n'a pas été réellement novateur dans le domaine des lignes et des formes, il a excellé dans l'art de la marqueterie, n'hésitant pas à se laisser parfois entrainer par un élan de créativité, comme c’est ici le cas sur notre table, où le naturel (composition florale) le dispute au néoclassicisme (décor répété de cœurs et de losanges entrelacés).

Un inventaire dressé suite au décès de sa femme, en 1783, est révélateur sur l'état de son commerce et de sa production. Outre le fait qu'il y soit décrit plus de 200 meubles, finis ou inachevés, il apparaît qu'il s'agit principalement de tables diverses, mais aussi de commodes ou de secrétaires.

Les marqueteries décrites sont de bois gris avec des fleurs (sycomore maillé) ou de bois de rose avec des rosettes blanches...Ne voyant pas décrit ce qui nous semble aujourd'hui comme étant l'un des motifs les plus caractéristiques de Cramer : la marqueterie de rosettes sur fond de bois clair (sycomore ou érable teinté), dite de "cœurs et losanges entrelacés", cela nous incite à penser, qu'à cette époque, il ne produisait déjà plus ce type de marqueterie que l'on peut dater, par conséquent, de la période allant de 1775 à 1780...




A Louis XVI ormolu-mounted marquetry
Table-en-Chiffonnière

by Mathieu-Guillaume Cramer

Inlaid with a floral spray, on the top,
and with a rosette-inset treillis pattern,
also called "interlaced hearts and lozenges "
on a bois jaune ground.
The sides and reverse similarly-decorated.

The rectangular top with pierced
three-quarter gallery above a frieze drawer 
on faux-fluted tapering legs 
terminating in ormolu sabots.

Stamped Mathieu-Guillaume Cramer
(dead in 4 July 1804) 

Master 4 September 1771

circa 1775 - 1780

Width 20 1/5 in.
Depth 15 1/2 in.
Height 29 1/2 in.


Bibliographie

"Le Mobilier Français du XVIIIe siècle"
  Pierre Kjellberg
  Les Éditions de l'Amateur - 2002 

" Les Ébénistes Français de Louis XIV à la Révolution "
   Alexandre Pradère
   Paris - 1989

"L'Art et la Manière des Maîtres Ébénistes Français au XVIIe siècle"
  Jean Nicolay
  Editions Pygmalion - 1986

"Les Ebénistes du XVIIIe siècle"
  Comte François de Salverte
  F. de Nobele, Paris - 1962

"Un maître ébéniste du XVIIIe siècle
  Mathieu-Guillaume Cramer"
  Marc-André Paulin
  L'Estampille, l'Objet d'Art, pages 54 à71
  N° 341, novembre 1999

" French Furniture Makers "
   Alexandre Pradère
  Sté Nlle des Editions du Chêne - 1989