Tableau en marqueterie réalisé par
Armande et Geoffroy de Bazelaire
à l'occasion du centième anniversaire
de la Galerie Berger. ( 1905 - 2005 )


Membre de




https://www.facebook.com/profile.php?id=100008491274890
Petit Secrétaire
à hauteur d'appui

par Pierre Pioniez


Réf. 1907

Petit Secrétaire "en armoire" à hauteur d'appui,
de forme rectangulaire à pans coupés.


Il ouvre par un tiroir, dans sa partie supérieure,
un abattant central découvrant
deux casiers et trois tiroirs 


et par un vantail, dans sa partie inférieure,
découvrant un casier et un coffre de sureté.




Il est orné d'une riche marqueterie,
de type néoclassique, à motifs de
postes et de fleurons (partie supérieure),
d'attributs suspendus dans un médaillon (abattant),
d'un vase à l'antique surmonté d'une guirlande (vantail), 
de fleurons et de rosaces (angles à pans coupés)
et de doubles jets de fleurs, sur les côtés.



Il présente une belle ornementation
de bronze doré telle que : 
fleurs d'héliotrope, anneau de tirage,
pastilles et entrées de serrure.


Dessus de marbre rouge royal à gorge
et pans coupés.

Estampille de Pierre Pioniez
(mort, le 6 avril 1790)

Reçu Maître, le 14 août 1765

Époque Louis XVI

Hauteur 123.5 cm 
Largeur 58 cm
Profondeur 28 cm

Provenance

Collection Privée
Ancienne Collection Francis Guérault
(sa vente, les 21 et 22 mars 1935)





Notice

Notre secrétaire, qui est reproduit dans l'ouvrage de Jean Nicolay "L'Art et la Manière des Maîtres Ébénistes Français au XVIIIe siècle", page 372 (figure H), est un très bel exemple de ces petits meubles de luxe, dits "légers" qui caractérisent la production de Pioniez.

Il fut acquis par le député Francis Guérault, grand Collectionneur de meubles et objets d'art du 18ème siècle, pour sa nouvelle demeure, l'Hôtel de Saint Paul, sis 3 rue Roquépine.

Cet Hôtel particulier fut édifié par l'Architecte Henri Parent (1819 - 1895) entre 1861 et 1864 à la demande du Collectionneur Édouard André (1833 - 1894), futur propriétaire du somptueux Hôtel Jacquemart-André, qui le revend, en 1868, au Banquier Samuel de Haber. En 1879, c'est Charles Le Ray de Chaumont, marquis de Saint-Paul, qui en devient le nouveau propriétaire et qui lui laisse son nom...


Bibliographie

"Le Mobilier Français du XVIIIe siècle"
  Pierre Kjellberg
  Les Éditions de l'Amateur - 2002


"Les Ébénistes du XVIIIe siècle"
  Comte François de Salverte
  F. De Nobele, Paris - 1962


"L'Art et la Manière des
  Maîtres Ébénistes Français au XVIIIe siècle"
  Jean Nicolay
  Éditions Pygmalion - 1976


  Catalogue de la vente Francis Guérault
  Étude de Maître Alphonse Bellier
  Paris, 3 Rue Roquépine, les 21 et 22 mars 1935 





Suite de Six Fauteuils
"en Cabriolet"

par Pierre Nogaret


Réf. 1915

Très belle suite de six Fauteuils "en cabriolet"
en bois de noyer finement mouluré et sculpté.


Les dossiers, de forme violonée ;
les consoles d'accotoirs en léger retrait
"en coup de fouet" et les assises,
de forme chantournée.





Ils présentent une très belle ornementation,
dans le goût rocaille, à motifs de courbes,
contre-courbes, fleurs et feuillage 




et reposent sur des pieds cambrés
se terminant en volute.


Époque Louis XV

Hauteur 90 cm
Largeur 69 cm
Profondeur 63 cm

Provenance

Ancienne Collection Camille Pruvost à Paris



 Notice

Tant par la qualité exceptionnelle du bois employé pour son exécution, que par son excellent état de conservation, cette suite de fauteuils s'illustre également par une sculpture d'une grande virtuosité mais aussi, au regard de la très large ouverture des accotoirs, par des proportions inhabituelles pour ce type de sièges.

En dehors d'un répertoire ornemental très végétal s'inscrivant dans des formes tout à fait caractéristiques propres à Nogaret, il est un détail notable avec la présence, dans la partie supérieure des pieds antérieurs, d'un motif sculpté en forme d'éventail.

On rencontre ce même motif sur d'autres sièges connus de Nogaret, comme ceux, "à châssis", acquis par le Musée Historique de la ville de Lyon, en 1982, ou une série de chaises cannées "en cabriolet", exceptionnellement en bois de hêtre, figurant dans les collections de cette même institution ou bien, encore, ceux passés en vente chez Sotheby's à Monaco, le 7 février 1982.

On retrouve très curieusement cette même particularité sur des sièges de Geny. Or, comme on le sait, ils ont tous les deux fait leur apprentissage à Paris et on ne peut s'empêcher, alors, de penser à l’influence exercée sur eux par le grand goût parisien de l'époque. En revanche, nous ignorons auprès de quel maître ils ont réalisé leur apprentissage.

Lorsque l'on cherche parmi les menuisiers qui exerçaient à Paris, avant 1745, ils sont quelques-uns à avoir utilisé ce motif en éventail, traité simplement à plat ou orné de cannelures, que l'on peut retrouver sur certains sièges réalisés par Heurtaut, Tilliard ou Cresson, à qui il arrivait, pour ce dernier, d'apposer son estampille sur la traverse arrière de la ceinture, pratique qui sera constante chez Nogaret...


A set of six Louis XV Fauteuils
"en Cabriolet"

by Nogaret à Lyon

A set of six Louis XV walnut
Fauteuils "en cabriolet"

The cartouche-shaped padded back,
arms and serpentine seat covered
in close-nailed brown velvet, the moulded frame 
carved with flowerheads, on cabriole legs.


Circa 1750

Height 35 1/2 in.
Width 27 in.
Depth 24 3/4 in.

Provenance

Former Collection of Camille Pruvost in Paris



Notice

Both by the exceptional quality of the wood used for its execution and by its excellent state of preservation, this set of six armchairs is also remarkable by a sculpture of great virtuosity and, in sight of a wide opening between the armrests, by unusual proportions for this type of chairs.

Apart from a vegetal ornemental repertory belonging to Nogaret's very characteristic forms, it is a notable detail with the presence, in the upper part of the front legs, of a carved pattern in the form of a fan.

Such a pattern is found on other Nogaret's chairs, such as those, "à châssis", acquired by the Historical Museum of the City of Lyon, in 1982, or a series of caned side-chairs, exceptionally made of beechwood, belonging to the same museum or, more, those sold at Sotheby's in Monaco on February 7, 1982.

We find again very curiously such a particularity in the Geny's work. Now, as we know, they both did their apprenticeship in Paris and we can not help thinking about the influence exerted on them by the great hand, we do not know with which master they realized their apprenticeship...

When looking among chair-makers who practice in Paris, before 1745, they are a few to have used this fan pattern, treated simply flat or decorated with grooves, that can be found on some chairs made by Heurtaut, Tilliard or Cresson, to whom it happened, for the latter, to stamp on the rear crossbar of the belt, a practice that will be constant with Nogaret... 
Grande Pendule
L'Amour et Psyché

par Gendre à Paris


Réf. 1912

Grande Pendule à sujets, en bronze patiné,
doré et griotte rouge d'Italie,
représentant L'Amour et Psyché.



Le mouvement est inscrit dans
une borne ornée d'une athénienne.



La base, de forme rectangulaire
présente une belle ornementation, 
dans l'esprit néoclassique, à motifs de 
guirlande, nœuds de ruban, fleurons, 
frise de feuilles d'acanthe et repose
sur des petits pieds à griffes de lion.



Gendre, Maître Horloger, en 1810
Rue Lesdiguières à Paris.

Début du 19ème siècle

Hauteur 71 cm
Largeur 48.5 cm


Notice

Le modèle original de cette pendule (1751-1799), créé par le sculpteur Claude Michallon à la fin du 18ème siècle, connut un très grand succès sous l'Empire. Les frères Feuchères en réalisèrent plusieurs exemplaires, dont un qui fit l'objet d'une livraison aux Palais des Tuileries en 1812.

Lors de la deuxième Exposition des Produits de l'Industrie Française en 1819, Moléon décrit longuement les bronzes réalisés par les Feuchères : "...Pendule représentant l'Amour et Psyché, superbe modèle exécuté par le même feu Michallon".

Deux pendules de ce type appartiennent au Mobilier National, dont une est conservée au Ministère de la Marine.

Des exemplaires sont également conservés dans les collections royales d'Angleterre, dans le fond patrimonial de l'ancienne famille régnante des Wittelsbach à Munich (Wittelsbacher Ausgleichsfonds), au Musée Marmottan, à la présidence de l'Assemblée Nationale, ainsi qu'au Pavillon de Monplaisir dans le parc de Peterhof.

Bibliographie

"Le Dictionnaire des Horlogers Français"
  Éditions Tardy 


"Vergoldete Bronzen"
  Page 350 (Tome I)
  Hans Ottomeyer
  Peter Pröschel
  Klinkhardt & Biermann
  München - 1986 


"Malmaison, guide de la visite"
  Bernard Chevallier

  Éditions Artlys 2001

"Les Feuchères"
  Galerie Lemaire
  Paris, juin 1998, page 25

 
Table Rafraîchissoir
en acajou massif

attribuée à Canabas


Réf. 1893

Table Rafraîchissoir, de forme
mouvementée, en acajou massif.



Elle ouvre par un tiroir en ceinture
et repose sur quatre pieds à facettes 
légèrement cambrés réunis
par deux tablettes d'entrejambe.



Le dessus, coiffé d'un marbre blanc
comporte deux casiers pour les couverts,
ainsi qu'une paire de seaux 
en métal anciennement argentés.

Joseph Gegenbach dit Canabas
(1712 - 11 juillet 1797)

Reçu Maître, le 1er avril 1766

http://galeriebergerlexique.blogspot.fr/search/label/CANABAS

Époque Transition Louis XV - Louis XVI

Largeur 55 cm
Profondeur 50 cm
Hauteur 76 cm



A Transitional mahogany
Table Rafraîchissoir

attributed to Joseph Gegenbach
called Canabas

Partially covered with a white marble top
with two compartments and two refreshing tanks 
above a drawer on the back side on cabriole legs 
joined by two undertiers and
terminating with caps and castors.

Joseph Gegenbach called Canabas
(1712 - 1797)

Master, on 1st April 1766

http://galeriebergerlexique.blogspot.fr/search/label/CANABAS

circa 1770 - 1774

Width 21 3/4 in.
Depth 19 3/4 in.
Height 30 in.


Paire d'Appliques
à deux bras de lumière


Réf. 1880

Paire de grandes Appliques à deux bras
de lumière, en bronze ciselé et doré.



Elles présentent une belle ornementation,
de type rocaille, à motifs de volutes
et contre volutes feuillagées.


Époque Louis XV

circa 1750

Hauteur 48 cm
Largeur 30 cm
Profondeur 16 cm


A pair of Louis XV wall-Lights

A pair of Louis XV ormolu
twin-branch wall-Lights

Each with asymmetric shape,
the acanthus leaves and C-scroll-cast backplate
issuing two scrolled foliate branches
terminating in pierced asymmetrical drip-pans
and foliate cast nozzles,
the base with trailing foliage.

circa 1750

Height 19 in.
Width 12 in.
Depth 61/4 in.

Mobilier de Salon
à dossier Médaillon


Réf. 1894

Petit Mobilier de Salon,
à dossier médaillon, en bois finement
mouluré, sculpté et peint se composant



de deux petits canapés
 


et de quatre fauteuils.

Ils présentent une belle ornementation, 
dans l'esprit néoclassique, à motifs
de nœuds de ruban et de rosaces 
et reposent sur des pieds, de type fuseau, 
à cannelures rudentées.

Époque Louis XVI

Dimensions des Canapés

Hauteur 91 cm
Largeur 120 cm
Profondeur 68 cm

Dimensions des Fauteuils

Hauteur 91 cm
Largeur 59 cm
Profondeur 57 cm

A Louis XVI Salon Suite

A Louis XVI carved wood and
painted Salon suite comprising
a pair of small sofas and four armchairs
ulphostered with green floral silk.

circa 1780

Dimensions Sofas

Height 36 in.
Width 47 1/4 in.
Depth 26 3/4 in.

Dimensions Armchairs

Height 36 in.
Width 23 1/4 in.
Depth 22 1/2 in.

Nécessaire de Pesage
en bois noirci


Réf. 1892

Rare Nécessaire de pesage
monétaire en bois noirci.

La potence supporte une balance à fléau
comportant deux bras égaux en acier
et deux petits bassins en laiton,
de forme circulaire.


 

L'axe est constitué de deux plaques
en laiton repercé, gravé et doré
fixées par des écrous.

La mise en station se fait 
à l'aide d'un cordon.


La boîte, de forme chantournée,
ouvre par un tiroir, en façade 
contenant une série de matrices 
et de poids à prise avec leur étiquette 
ou leur marque de désignation 
correspondant à la valeur des monnaies.

Époque Louis XIV

Hauteur 38 cm
Largeur 23 cm
Profondeur 22 cm

Provenance

Collection Privée
Ancienne collection Marguerite Fondeur




Notice

La communauté des Balanciers est très ancienne. Elle est soumise à la juridiction de la cour des monnaies ; c'est-là que les Balanciers sont admis à la maîtrise ; qu'ils prêtent serment ; qu'ils font étalonner leurs poids, et qu'ils prennent les matrices de ces petites feuilles de laiton à l'usage des joailliers et autres marchands de matières, dont il importe de connaître exactement le poids. Chaque Balancier a son poinçon ; l'empreinte s'en conserve sur une table de cuivre au bureau de la communauté et à la cour des monnaies. Ce poinçon est composé de la première lettre du nom du maître, surmontée d'une couronne fleurdelisée. La marque des balances se trouve au fond des bassins : des romaines, au fléau ; et des poids, au-dessous. L'étalonnage de la cour des monnaies se connait à une fleur-de-lis seule qui s'imprime aussi avec un poinçon. D'autres poinçons de chiffres romains marquent de combien est le poids. Les feuilles de laiton ne s'étalonnent point ; le Balancier les forme sur la matrice, et les marque de son poinçon. Deux jurés sont chargés des affaires, des visites, et de la discipline de ce corps. Ils restent chacun deux ans en charge ; un ancien se trouve toujours avec un nouveau. Un maître ne peut avoir qu'un apprenti ; on fait cinq ans d'apprentissage, et deux ans de service chez les maîtres. Il faut avoir fait son apprentissage chez un maître de Paris, pour travailler en compagnon dans cette ville. Les aspirants doivent chef-d’œuvre ; les fils de maître expérience. Les veuves jouissent de tous les droits de la maitrise, excepté de celui de faire des apprentis.


Bibliographie

"Le pesage Monétaire
  Boîtes et Poids de France du XVIIe au XIXe siècle"
  Bernard Garault
  Éditions Les Chevau-Légers


A Louis XIV ebonised Money Scales

A rare Louis XIV ebonised wood money 
scales supported by a stand

The scales with two equal arms
and two small brass pans

The base with a front drawer 
enclosing a selection of weights, 
each of them corresponding 
to the value of a currency.

Height 15 in.
Width 9 in.
Depth 8 3/4 in.
Paire d'Encoignures en Vernis Européen
à fond jaune


Réf. 1888

Belle paire d'Encoignures, de forme arbalète,
en vernis européen ornées
de chinoiseries sur fond jaune.

Elles ouvrent, respectivement, par deux vantaux 
découvrant un intérieur peint en rouge
doté de deux étagères.

Dessus de marbre brèche d'Alep
à gorge et bec de corbin

Époque Régence

Hauteur 94.5 cm
Largeur 81 cm
Profondeur 59 cm


A pair of Regence yellow
japanned Encoignures

Each with serpentine-fronted brèche d'Alep 
marble top above a conforming case opening 
by two shaped bowed doors,
enclosing a fitted red interior 
with two shelves on bracket feet.

circa 1730

Height 37 1/2 in.
Width 32 in.
Depth 23 1/4 in.